23/11/2009

Au bord du cimetière

Le tilleul dessine sur le gravier des branchages d'or
les ramilles ombragées du cimetière parlent à voix basse
la maison de la cure étale ses chapelets de prières
j'écoute
lentement
la bise automnale
qui ondule sur le tapis de feuilles
les saules pleureurs
murmurant
comme encensoirs
bouquets de chrysanthèmes
au soir mourant

00:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.