20/05/2011

Aile fragile

                                                                              La forêt sombre et silencieuse,

 le vent d'avril comme un murmure dans les pétales soyeux d'abricotiers,

la prairie et ses houles scintillantes,

des mots dans ma tête,

 transparences saisonnière,

 j'avance,

mon corps touche les montagnes incandescentes,

mon regard se brûle sur les rives des corniches venteuses,

j'écoute le chant de la mésange sur le granit de la fontaine,

mon coeur tressaille,

 le moineau a touché le ciel de son aile fragile

16:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.