24/08/2012

Confinement

 

L'ombre de ton corps

jetée sur l'herbe

les heures qui tournent

sur les hauteurs du peuplier

la pierre chaude
près de la berge

le cercle se referme

je suis pris
dans les interstices

de cette après-midi sauvage

une souris dans sa cage
de fer blanc

 

19:40 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.