Jour blanc

Imprimer

La paume du matin

le fleuve lent

qui défait les contours de la nuit

les lumières de la neige

sur les sommets

le regard qui se tend

sur le trottoir gris

il faut recommencer

le pèlerinage

des jours blancs

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.