Douleur d'octobre

Imprimer

Frondaisons cuivrées

une corneille traverse le champ

les feuilles mortes

crissent sous mes pas

les doigts effilés des bouleaux

griffent l'azur

dans mon coeur

des vestales

récitent d'étranges prières

et la musique du ruisseau

qui berce ma douleur

 

 

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.