Oraison d'automne

Imprimer

Le sang rouge des merisiers

sur la ligne de crête

les grottes profondes

de nos univers  intérieurs

en proie à mille maux

Mon coeur est d'acier rouillé

rongé par les embruns de l'orage noir

Mon pas suit le sol dénudé

de ce chemin caillouteux

Le pèlerin grimpe le calvaire

et ses quatorze stations

Arrêt sur image automnale

Offrande et louange

de peupliers embrasés

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.