Noyade végétale

Imprimer

Remonter la vallée

ramasser des bouquets

d'ombres et de lumières

traverser le ruisseau

y plonger des mains fiévreuses

regarder les volières de l'automne

les arbres à sureau

le  thym brûlé dans le taillis

la menthe citronnée

le serpolet encore vivant

 l'absinthe  écrasée

dans les doigts

se pencher vers

le chemin de poussière

 y laisser des empreintes évanescentes

cracher dans le vent

jeter au loin des gestes

et des respriations bleues

se noyer dans une brassée

d'orchis vanillés

départ

 

 

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.