23/11/2012

Frimas

Transparence du matin blanc

brumes diaphanes

sur les eaux de la Printze

et de la Borgne

les corbeaux découpent

les airs de leur vol anthracite

près des pins solitaires

des bouquets de lumières déchirées

les instants deviennent fragiles

une roseraie prise par les frimas

17:32 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.