12/12/2012

Corbeaux affamés

Les silhouettes noires

croassent dans la part d'ombre du prunier

le givre a saisi les buissons

au lever du jour

le vent tendre et subtil

discrètement

vient mourir

dans les branchages des saules

incandescence

dans le froid de décembre

faim de soleil

et de douceur

illumination soudaine

au creux du temps

18:14 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.