Forêt de Finges

Imprimer

Le vent du large

dans la roseraie silencieuse

des cascades de soleil

dans la tiédeur de la pinède

sur les bords de la gouille

des tritons et des nénuphars blancs

dans les boucles du sentier

les vibrations de mon coeur vagabond

il fait bon

respirer les embruns de la litière

se noyer dans la forêt

 et les mystères de Finges

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.