05/04/2013

Fleuve lent

Le fleuve dans ses mouvements

cultive lenteur et patience

les branchages

des saules pleureurs et des biolles

écrivent le long de la berge

de vivants tissages

sur le sable

les  ondoiements de la brise

le passage des chevaux

je retombe dans mon  corps

comme dans la barque éternelle

de ma nostalgie infinie

expiration

15:06 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.