23/05/2013

Couleurs sur un monde atone

Cascades de lumière

sur la forêt matinale

les rues de la ville

sont désertes et solitaires

la mer étale

fait vibrer le silence

le voyage de la nuit prend fin

les amants ont les cheveux défaits

près de la vire rocheuse

le chamois boit les premiers rayons de soleil

dans les avenues grises

les camions ramassent les ordures des grandes halles

perdu au fond des artères urbaines

du bas des immeubles

je regarde des fragments de ciel et de montagne

pris entre deux tours vitrées

des espaces de couleurs

dans un monde  atone

15:12 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.