02/07/2013

Passion dévorante

Sur la ligne de crête

s'envolent   nos ébats d'antan

renaissent les temps oubliés

Dans la fracture granitique de l'arête

se lovent nos longues marches

seuls dans la montagne immense

Avec le lac glaciaire

murmurent les siècles engloutis

d'existences ordinaires

Le temps s'est figé dans la moraine et

le permafrost en-dessus de nos forêts

ne restent que les grandes chaleurs de la passion

 pour le faire fondre

 

14:50 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.