06/09/2013

Silence fragile

Le vent léger

dans les branches des aulnes

la rive labile

le fleuve presque immobile

les chevaux qui galopent

sur le sable blanc

il fait clair et silence fragile

dans les rideaux du jour défunt

évanescence

19:58 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.