Cavalcade

Imprimer

Janvier solitaire

le fleuve s'est fait discret

l'eau s'est retirée des berges

mettant  à nu les rochers

Sur les glaciers

les houles neigeuses

emportent 

ma mémoire vacillante

Près du torrent

des perles d'eau grisâtres

brillent dans la lumière

les écailles des truites argentées

Cavalcade des saisons

au matin blême

s'allument les rêves

de prairies fleuries

les cavernes profondes

de forêts estivales

Je regarde passer

les troupeaux

de monts enneigés

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.