Souffle ténu

Imprimer

Dans les replis de l'abandon

le souffle ténu

du pélerin

la respiration fragile

de celui qui s'en va

le marcheur solitaire

qui dans l'ombre verte des forêts

remonte le filet d'eau jusqu'à sa source

le regard perdu

dans les fougères arborescentes

du ruisseau cristallin

et les blocs erratiques

dalles funèbres envoûtantes

qui scandent la nuit mauve de nos errances

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.