28/07/2014

Nuit toute proche

Je suis

la sente forestière

vêtures  et mousses humides

brise végétale

m'inscris dans l'écorce rousse

des mélèzes venteux

l'écureuil a traversé la clairière

les mots roses des épilobes

chantent dans le soir

derrière les racines noires

des colonnes de fourmis rouges

psaumes d'accueil à la nuit toute proche

16:50 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.