26/11/2014

S'en aller

Capter dans les tremblements du tilleul

la douceur d'une lumière descendante

se coucher sur les feuilles rouillées de l'automne

regarder par les croisillons d'un carrousel déserté

la saison ralentit sa respiration

le chat s'est lové près du fourneau

je peux m'en aller

avec la mésange

qui éteint son chant

comme une bougie

au soir couchant

17:36 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.