Heures urbaines

Imprimer

La rumeur de la ville

bruisse de mille lumières

le vent s'engouffre dans les ruelles

les réverbères creusent la nuit naissante

la neige sur les trottoirs

mêle rouille

et scintillements éphémères

 le promeneur se perd dans les architectures

d'ombres et de lumières métalliques

la gorge se serre

les platanes ont aussi froid

silence des heures solitaires

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.