19/02/2015

Vitraux

Broussailles sur le bord du sentier

lumières d'hiver et d'automne

les vitraux s’allument

mettent en fusion les pourpre

les rouge vermillon les bleu cobalt

les verts amande les vert sapin.

le temps immobile et figé

saisi par le froid

comme dans une touche d’éternité

fait naître

une petite brise

qui pourrait venir faire trembler

dans un halo de silence

les paupières du jour

ses coutures infimes

ses veines et ses lèvres fébriles

ses poignets finement nacrés

16:58 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.