03/05/2015

Temps arrêté

Sauge et safran

sapins et mélèzes

coteaux où les forêts

grimpent jusque

dans l'émail du ciel

murmure de la rivière

près de ta chevelure

vignes qui courent

dans le soleil du val

crocus au creux de tes paumes

les bouquets d'hortensia

et les glycines enrobent

le portail du chalet

le vent creuse le silence

à genoux

ne reste que le temps arrêté

dans le chandail des névés

14:59 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.