29/05/2015

Il faut rentrer maintenant

Le ciel est impalpable

les ombres bleues des montagnes

deviennent diaphanes

dans le soir qui descend à petits pas

le vent

à ras de terre

transporte des ondes telluriques

les anges se donnent la main

derrière les collines braisées

dans l'immensité de la prairie

les paysans

le dos courbé vers la terre

jusqu'au crépuscule

semblent prier

il faut rentrer maintenant

 

18:32 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.