L'heure blanche

Imprimer

L'eau de la brise

le miel des tilleuls

ta bouche entrouverte

et la chaleur qui plaque

au sol le vol des moucherons

mon corps devient lourd

le paysage immobile

pensif

les morts me parlent

boivent aux sources

des clairs ruisseaux

le temps s'arrête

et s'éternise

l'heure blanche

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.