20/07/2015

Grande vitesse

Les pupilles se dilatent

les paysages fondent et se diluent

prairies et forêts deviennent eaux vertes

à boire avec douceur

la vitesse grandit

la moto épouse les paysages

ouvrir le corps

laisse s'envoler

les paroles et les images endormies

l'instant effleure l'absolu

10:55 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.