Respiration ultime

Imprimer

Le front martelé du coteau

les falaises du ciel

les mésanges au soir y deposent

leur chant

la brise froide se meurt dans tes yeux

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.