30/12/2015

Matérialité du jour

Les noyers aux branches nues et solitaires

le long de l'avenue

Les feuilles gaufrées

qui captent le soleil brun

La poussière des anges

dans l'arcature du ciel

Je marche lentement

le regard perdu

tourné vers l'intérieur

Heureusement

qu'il y a cette Présence

qui me sort de moi-même

et me fait voir la transparence du jour

aussi ces rocailles granitiques sur le chemin

qui contre ma démarche mécanique

14:09 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.