20/09/2016

myconos dans l'après-midi

La blancheur aveuglante

des maisons couvertes de chaux

la réverbération du ciel léger

sur les remuements des vagues

les bras ouverts des moulins

les ruelles serpentines et leurs visages secrets

les balcons ajourés

les chats maigres

qui attendent quelques arêtes de sardines

le vent fait battre les volets bleus

le temps s'est immobilisé

il s'est fait prendre

dans les pétales de rose

qui saignent sur les murs blancs

le port ouvre ses portes 

vers le délié des collines

dans le lointain

17:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.