26/09/2016

prophètelias

Le sentier monte

lentement

dans les pierrailles

maquis séché

par le soleil fauve

le corps transpire

l'âme s'épure

la chapelle

blanche de chaux

acceuille les offrandes des pélerins

la lumière des cierges

fend l'obscurité

L'esprit rejoint

les géométries

des murailles vagabondes

le jour s'évapore

comme encens magique

 

21:14 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.