22/04/2017

Printemps en dejil

Le martèlement du pic-vert

la brise sur tes lèvres

la prairie silencieuse

qui contourne nos errances

le merisier n'a pas résisté au gel nocturne

ses fleurs incandescentes

sont d'un noir

bitumeux

deuil printanier

12:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.