13/05/2017

Narcisses aux Pléiades

Les renoncules d'eau

et leur lumière safranée

brûlent dans mon oeil

bétulacées dans la tourbière

gorgée d'air et de terre noire

je marche sur un ponton

de planches fragiles

' l'esprit détaché le regard ouvert

les fourmis rousses portent

des aiguilles plus grandes qu'elles

je me défais de mes scories existentielles

me laisse porter par les champs de narcisses

leur blancheur de sainteté

20:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.