Lavaux en novembre

Imprimer

Le figuier vert foncé

sur le mur de vigne

du Lavaux

ses senteurs noix de coco

la planéité du lac immobile

ses écailles de violine

le silence de l'air atone

le ciel qui moutonne

et la marche des nuages

dans ma tête étourdie

Je marche à pas lents

subjugué

par la verticalité du vignoble

ivre de soleil fauve

 

 

Lien permanent Catégories : Culture, poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.