03/05/2018

A gué

Pétales de merisiers

indécision du jour et de la nuit

ablution de lys écrasés

dans la fermentation du crépuscule

l’eau coule sur les galets nus

de cette rivière que je traverse à gué

il fait clair dans la verte lisière

de nos amours printaniers

17:35 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.