14/05/2018

Nice en pointillé

Écume blanche

de brise et d’oeillets fous

soleil roulé

du bout de tes doigts

fins

les mots sont lents

à venir

le poème se tisse

comme une prière

vierge

au bord d’une mer

bourdonnante

 

 

23:11 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |