29/05/2018

Pierrier sauvage

Sous les granit du pierrier

Dans la pente affolée

des mots

non encore prononcés

sont cachés

despaupières closes

des champs labourés

par le silence de la nuit

des paupières closes

des étreintes chaudes

des blessures saignantes

des colchiques cernés

d'ombres fanées

La brise s'est posée sur ton épaule

Lentement

comme une clarté sur le crêpuscule

09:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.