26/06/2018

Symbiose

Taches de forêts bleues

à l'étranglement de la vallée

souffles retenus

des anémones soufrées

le foehn danse 

sa farandole dans ma tête

le mur de pierres sèches

dessine le territoire

de mes pensées vagabondes

la campagne de pollen

et de cendres

libère

ses énergies sauvages

je marche

lentement

absorbé

dissolu

par cette terre qui respire si fort

22:32 Publié dans Culture, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.