25/07/2018

Fenaison

Avoine seigle et froment

 champs de blé

qui rythment

le côteau

en terrasses géométriques

rectilignes

l’été se décline

par lentes éruptions

de douces tiédeurs

le dos courbé

le paysan rentre

son foin 

en fachis échevelés

qu’il amasse dans la grange

la sueur mouille

son visage buriné

ce soir le repos sera bienvenu

la nuit souveraine

 

21:20 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.