Amours en-allés

Imprimer

Le long de l’avenue

les frênes et les érables

leurs mains d’or et de cuivre

les passants d’un soir

leur allure nonchalante

la musique des fêtes foraines

le rire en-allé des enfants

l’automne retient son souffle

sa musique d’amours envolés

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.