29/11/2018

Ton éternité

Pulsations sourdes

des étoiles

dans l’encre du ciel

je te sens vivante

dans l’eau de ce canal

qui partage la plaine silencieuse

effluve de menthe et de jasmin

papillon de nuit

luciole et grillon musicien

tu étends tes bras

y enfermes le cœur palpitant

de ton uniivers

de toutes nos cosmogonies

ton éternité est polychrome

21:38 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.