Lisière

Imprimer

Forêts de chênes

à la lisière des prairies désertes

glands disséminés

dans l’herbe rase

les troupeaux de moutons

mangent

lentement

leur unique repas du jour

C’est l’hiver

froid

et qui rend

l’univers immobile 

perdu dans sa solitude

berger et animaux

se donnent la main

cueillent la lumière du zénith

dans l’iris de leurs yeux

transhumance au creux des saisons

temps renversés

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.