Arrachement

Imprimer

Le jour bascule derrière le mont

embrasement défunt

arrachement intime

la forêt de chataigniers

tisse des lumières irréelles

le vallon devient tombeau ouvert

où je me dissous

la terre meuble

les ombres sauvages

m’habillent et vont

m’habiter à jamais

désormais

je m’en vais

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.