Poème parchemin

Imprimer

Nuit longiligne

de souffles et de lourds parfums

engrange mes errances

fait tourner ma tête

entre les danses des étoiles

suit les doigts fins

et laqués du fleuve nocturne

m'enrobe de gentianes

d'anémones noires

et me fait renaître

au soleil du souvenir

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.