Feriolo et lac Majeur

Imprimer

Les inflorescences du lac

se noient 

dans l’immensité du ciel

magnétisation 

des mondes terrestre et céleste

les monts se déclinent

jusqu’à l’horizon de poudre et d’argile

parallélisme primal

de l’eau et de la lumière

la brise de vallée

ouvre ses ailes phosphorescentes

le regard du marcheur

en capturant

les eaux immobiles du lac

devient phasme

et transparence

le rêve se referme

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.