Chemin sans fin

Imprimer

Pirogues matinales

pour traverser à gué

les méandres

du jour de bois vert

de viorne et de palissandre

pierres lourdes de silence

et de mémoire vive

dans le lit de tes errances

je suis sur le quai

regarde passer

les pèlerins pressés

d'un chemin sans fin

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.