Je crois

Imprimer

Immersion sensorielle

silence de l’aurore

fureur et mystère

le soleil mauve

roule ses meules de foin frais

sur la clairière fauve

de mon lent éveil

pétrification des rayons

derrière la vitre miroir

une douce tiédeur

traverse ma peau

il fait encore frais

sur la mer du jour

qui brise ses chaînes

champ d’airelles

et de myrtillers sauvages

je crois de plus en plus en toi

qui me tends une main

blanche et douce

au travers de la brume cendrée

 

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.