Labours (23/09/2020)

Ciel céruléen

mottes de terre éventrée

l’aube ouvre ses portes

lentement

sur la plaine silencieuse

les labours sont fumants

dans la tiédeur du matin

et la transparence de la rosée

le paysan sarcle et charrue

l’argile originel

une faible brise

caresse pâturages 

et douces collines 

l’homme aux mains calleuses

scrute le sol

il faudra bientôt semer

la ronde des saisons

et des lunaisons

entraînent dans les jours

leur ronde concentrique

 

19:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |