Automne nocturne (18/10/2020)

Landes désertes

plaines résineuses

contrées oubliées

la nuit se traverse

à contre-pied

en dévers de la lumière

des échardes plein le coeur
la buse variable 

a dessiné des univers concentriques

dans ma tête

je monte au ciel

les chauves-souris

éclairent ma nuit

sur le palimpseste des rêves

court une chanson blême

l’automne existe aussi

dans les cosmologies nocturnes

 

06:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |