Soir couchant (30/11/2020)

Ciel d’humus

et de paille fine

sentier d’aubépine

l’ombre coule

sur le val assoupi

la voix du vent

emporte nos secrets

de lune

ronde et rousse

je dessine

sur tes blancs poignets

de vastes mappemondes

des fleuves chamarrés

tes yeux

au soir couchant

me boivent

jusqu’à la lie

des souvenirs

aux ailes de libellules

ouvrent

les portes de la mémoire

 

22:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |