Jusqu’à demain

Imprimer

La nuit

sa peau fine et diaphane

fruit tendre et juteux

fond

sur la plaine vaporeuse

descend des vallées profondes

porte des voix rauques et noires

inonde l’espace

de refrains entêtants

la nuit

mer immense 

gorges vivantes

et grottes opaques

me prend par la main

et m’entraine

dans ses eaux de tumulte

et d’écumes blanches

jusqu’à demain

jusqu’à la fin

 

 

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.