Silence nacré

Imprimer

Les églantiers

au bord du sentier

et du mur de pierres sèches

cueillent soleil et rosée

les pavots flottent

en légèreté

dans la brise de vallée
derrière la fenêtre

un nuage se défait

ses pétales d’azur

emportent

le silence nacré de juin

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel