Attente de l’éternité

Imprimer

Près du mélèze endormi

les cils fragiles

d’un bouquet de fougères

les verts mordorés

d’un lichen du matin

les brillances du granit

sous le soleil naissant
et les mots que tu pourrais

me dire pour que cet instant

soit un point d’intersection

avec une éternité tant souhaitée

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.